• Clin d'œil de Jean-Pierre :

    Autre appel : celui de l'humanité appelant la Grâce de la Mère Divine à travers des cœurs sincères et une interprétation magnifique.

    Surprise !  en cliquant sur le lien ci-dessous.

    https://www.youtube.com/watch?v=5_OHAkzfT_U

     

    Paroles et traduction de «Holy Mother»

    Holy Mother, where are you ?
    Sainte Mère, où es-tu ?
    Tonight I feel broken in two.
    Ce soir,je me sens brisé en deux.
    I've seen the stars fall from the sky.
    J'ai vu les étoiles tomber du ciel.
    Holy mother, can't keep from crying.
    Sainte Mère, je ne peux pas m'empêcher de pleurer.
    Oh I need your help this time,
    Oh j'ai besoin de ton aide en cet instant,
    Get me through this lonely night.
    Fait moi traverser cette nuit solitaire.
    Tell me please which way to turn
    S'il-te-plaît, indique-moi quel chemin prendre
    To find myself again.
    Pour me retrouver à nouveau.

    Holy mother, hear my prayer,
    Sainte Mère, entends ma prière,
    Somehow I know you're still there.
    Quoiqu'il en soit, je sais que tu seras toujours là.
    Send me please some peace of mind,
    S'il-te-plaît envoie-moi la paix de l'esprit ;
    Take away this pain.
    Eloigne (de moi) cette souffrance.

     

    I can't wait, I can't wait, I can't wait any longer.
    Je ne peux pas, je ne peux pas, je ne peux pas attendre plus longtemps.
    I can't wait, I can't wait, I can't wait for you.
    Je ne peux pas, je ne peux pas, je ne peux pas t'attendre.
    Holy mother, hear my cry,
    Sainte Mère, entends mon cri,
    I've cursed your name a thousand times.
    J'ai maudit ton nom des milliers de fois.
    I've felt the anger running through my soul ;
    J'ai ressenti la colère dans mon âme ;
    All I need is a hand to hold.
    Tout ce dont j'ai besoin est une main à tenir.

     

    Oh I feel the end has come,
    Oh je sens que la fin arrive,
    No longer my legs will run.
    Plus jamais mes jambes ne coureront.
    You know I would rather be
    Tu sais, j'aimerais mieux être
    In your arms tonight.
    Dans tes bras ce soir.

     

    When my hands no longer play,
    Lorsque mes mains ne joueront plus,
    My voice is still, I fade away.
    Ma voix demeurera, je m'affaiblis
    Holy mother, then I'll be
    Sainte Mère, à ce moment-là je serais
    Lying in, safe within your arms.
    Couché,en sécurité, dans tes bras.

     


     

     

     


  •  Satprem : l'ouverture de la conscience des cellules par le Mantra.

    Satprem :"La mutation de la mort" édition Robert Laffont p 330

    " Tout le travail, le vrai travail de Mère et Sri Aurobindo, cela a été d'ouvrir la conscience des cellules, d'ouvrir cette forteresse-là. La démolition du vieux code génétique : la veille façon de voir, la veille façon de comprendre, la vieille façon de sentir- la vieille façon de mourir.

    Une petite vibration nouvelle qui s'enroule et s'enroule dans les cellules.

    Il faut accrocher cette petite vibration-là, comme d'autres ont accroché la vibration du Mental au début de cette fichue histoire.

    Et ce n'est pas compliqué, il n'y a pas loin à aller, pas de super-cerveaux à bâtir, pas de super-méditation accroupies : un Mantra. 

    Un mot de passe, mais que ce soit le cri de notre être, le souffle de notre souffle dans toute cette décomposition générale, quelque chose qui fait qu'on traverse. La dernière bouée. Et on s'accroche.

    Et on répète, répète, le Mantra jusqu'à ce qu'il traverse la croûte, la banalité, l'idiotie quotidienne, les millions et millions d'inutilités qu'on vit pour autre chose qui ne vient jamais. On répète obstinément, jusqu'à ce que les cellules s'emparent de cette vibration d'appel - alors elles répètent jour et nuit, sans arrêt, automatiquement, idiotement… et merveilleusement. C'est là que la merveille commence. C'est là que le miracle commence. Le Miracle cellulaire, physiologique.

    Parce que Sri Aurobindo et Mère ont ouvert le chemin. Ce n'est pas comme s'il fallait traverser des couches impénétrables : le chemin est ouvert. Et alors tout est possible."

     

        Satprem : l'ouverture de la conscience des cellules par le Mantra.

     


  •  

    Présentation Mathieu Ricard : Le trésor du cœoeur des êtres éveillés.

    Tr%c3%a9sor

    Dans ce livre, deux grands maîtres tibétains des XIXe et XXe siècles nous exhortent à examiner de façon critique nos préoccupations matérialistes et à réfléchir attentivement à la façon dont nous allons passer le reste de notre vie. En même temps, ils donnent des indications pratiques pour suivre la voie bouddhiste, qui part des motivations les plus fondamentales et culmine dans l'expérience directe de la réalité au-delà de la prise de l'esprit conceptuel. Le texte-racine est un magistral enseignement versifié, écrit au XIXe siècle par Patrul Rinpoché (1910-1991), chef de la lignée de l'école Nyingma et l'un des grands propagateurs du dharma en Occident, développe le poème avec sa compassion et sa droiture caractéristiques. La combinaison de la fraîcheur incisive du poème de Patrul Rinpoché et de la pertinence pratique des commentaires de Dilgo Khyentsé Rinpoché forme un ensemble, assez bref, d'une remarquable cohérence et d'une émouvante beauté.

     

    Afficher l'image d'origine

    Explication du mantra Om Mani Padme Hum par sa Sainteté le Dalaï-Lama
    et Lama Tcheuky : http://doc.centreguephel.org/explication_ommanipemehoung.html

                                 krishnamurti photo: krishnamurti krishnamurti.jpg  Afficher l'image d'origine

                                                          

    "L'observateur est l'observé", le cœur du message de Krishnamurti à travers et par le Prof. Samdhong Rinpoche, moine bouddhiste, ancien Premier Ministre du Gouvernement Tibétain en exil, ami de Krishnamurti.
    Le film comporte trois parties écrites comme dans un livre, en plusieurs chapitres qui s'articulent autour d'extraits d'un documentaire sur K.

    https://www.youtube.com/watch?v=PP0dXzKuMOM

     

     

     

     

     

     


  •  

    Extrait de la synthèse des yogas de Sri Aurobindo

     

    " En nous, il existe deux centres du Pourousha (l'Ame intérieure par laquelle le Brahman nous touche et nous éveille) :

    - le Pourousha dans le lotus du cœur qui ouvre tous nos pouvoirs vers le haut,

    - et le Pourousha dans le lotus aux mille pétales par où les éclairs de la vision et le feu de l'énergie divine descendent dans la pensée et dans la volonté en ouvrant en nous le troisième œil.

    L'existence de béatitude peut venir à nous par l'un ou l'autre de ces centres.

    Quand le lotus du cœur s'épanouit, nous sentons la joie divine, l'amour et la paix se répandre en nous comme une fleur de lumière qui irradie l'être entier . . .

    Quand s'ouvre le lotus supérieur, le mental tout entier se remplit d'une lumière, d'une joie et d'une puissance divines derrière lesquelles se trouve le Divin, le Seigneur de notre être sur son trône, avec notre âme à ses côtés ou absorbée en ses rayons ; toute la pensée et toute la volonté deviennent alors une luminosité, un pouvoir, une extase." Sri Aurobindo

     

    Le lotus du coeur et le lotus au mille pétales de Sri Aurobindo

     

     

     

     

     


  • Les 12 pouvoirs de la Mère

    Le cercle central représente la Conscience Divine

    Les 4 pétales en blanc:  les quatre Aspects  :

    Sagesse , Energie, Harmonie , Perfection sous les noms de Maheswari, Mahâ Kalî , Mahâ Lakshmi, Mahâ Sarasvatî.

     Les 4 aspects de la Mère : Ecrits de Sri Aurobindo lu par Mère

    Les 12 pétales de couleurs :  

    les 12 pouvoirs de la Mère qui se manifestent pour son travail  et qui sont

    Sincérité, Humilité , Gratitude, Persévérance, Aspiration, Réceptivité, Progrès, Courage, Bonté, Générosité, Egalité, Paix.  

    Ces 12 pouvoirs ne sont pas des qualités ou des vertus à atteindre - avoir, posséder sont du domaine de l'égo - mais des Forces Conscience en Action dans le grandir de l'âme et de manifestation de la Conscience Supramentale ou Conscience de Vérité sur la Terre.

    Paroles de  de Mère et Srî Aurobindo  sur chacun des  12 pouvoirs issues du livre :                                           Les 12 pouvoirs de la Mère

    " la signification spirituelles des fleurs "

     

    Sincérité : "La vraie sincérité, c'est d'avancer sur le chemin parce que vous ne pouvez pas faire autrement,"

    Humilité : " L''humilité c'est de reconnaître que l'on ne sait pas ... "

    Gratitude : "Il n'y a rien qui vous donne une joie pareille à celle ... "

    Persévérance : " La qualité la plus nécessaire, c'est la ..."

    Aspiration : " est l'appel de l'être qui recherche ..."

    Réceptivité : " la capacité de recevoir la Force divine ... "

    Progrès : " C'est surtout la volonté de progresser et ... "

    Courage : " Le vrai courage, dans son sens le plus profond, c'est ..."

    Bonté : " Toujours gracieuse et aimant ..."

    Générosité :  " Donne et se ... "

    Egalité : " Plus une personne demeure tranquille en face ..."

    Paix : " Vouloir ce que Tu veux toujours et en toutes ... "

     

     


  •  

    Sri Aurobindo : Savitri  Extrait du livre XI chant I : Le jour éternel.
    Traduit de l'anglais par Satprem  : édition Institut de Recherches Evolutives.
     
    "Savitri" extrait du livre XI – Le livre du Jour Eternel - la Voix du SuprêmeLa voix du Suprême.                                                                    
    Ô Satyavane, ô lumineuse Savitri,
    Je vous ai envoyés anciennement sous les étoiles,
    Double pouvoir de Dieu dans un monde ignorant,
    Dans une création enclose fermée au moi sans bornes,
    Pour faire descendre Dieu dans un monde insensible,
    Soulever à l'immortalité les êtres terrestres.
    Dans ce monde de ma connaissance et de mon ignorance
    Où Dieu est invisible et où seul un Nom s'entend
    Et la connaissance est piégée dans les frontières du mental,                               
    Et la vie draguée dans les filets du désir
    Et la Matière cache l'âme à sa propre vue,
    Vous êtes ma Force à l'œuvre pour soulever le destin de la terre,
    Moi-même qui meut l'immense remontée
    Entre les extrêmes de la nuit de l'esprit et du jour.
    Il est mon âme qui grimpe de la Nuit ignorante
    A travers la vie et le mental et les vastitudes de la supra-nature
    Jusqu'à la lumière divine du Sans-temps
    Et mon éternité qui est cachée dans le Temps mouvant
    Et mon immensité coupée par la courbe de l'Espace.
    Il grimpe à la grandeur qu'il a laissée derrière lui
    Et à la beauté et la joie d'où il est tombé
    Et à la parenté de toutes les choses divines,
    A la lumière sans bornes et à la vie illimitable
    A la saveur sans fond de l'ineffable félicité
    Au toucher de l'immortel et de l'infini.
    Il est mon âme qui tâtonne pour sortir de la bête
    Pour parvenir aux sommets de l'humanité et à la pensée lumineuse
    Aux abords de la Vérité sublime.
    Il est la divinité qui grandit dans les vies humaines
    Et dans le corps des formes d'êtres terrestres,
    Il est l'âme de l'homme qui grimpe à Dieu
    Dans la Nature qui jaillit pour sortir de l'ignorance de la terre.
    Ô Savitri, tu es le Pouvoir de mon esprit,
    La voix révélatrice de mon Verbe immortel,
    La face de la Vérité sur les routes du temps
    Aiguillant l'âme des hommes sur les voies de Dieu.
    Pendant que l'obscure lumière de l'Esprit voilé parle
    Et tombe sur le total sommeil inconscient de la Matière
    Comme un pâle rayon de lune sur une clairière dense,
    Et que le Mental bouge dans une pénombre parmi de semi-vérités
    Et le cœur humain connaît seulement l'amour humain
    Et la vie est une forme imparfaite qui trébuche,
    Et le corps compte ses jours précaires
    Tu naîtras dans les heures douteuses de l'homme
    En des formes qui cachent la divinité de l'âme
    Et tu feras voir à travers les voiles de l'air incertain de la terre
    Ma gloire qui s'enfonce comme à travers les nuages d'un soleil
    Ou qui brûle comme un rare feu intérieur
    Et emplit la vie des hommes de mon influence sans nom….
     
    "Savitri" extrait du livre XI – Le livre du Jour Eternel - la Voix du Suprême
     

     

     


  •  Commentaires sur Om asatoma sad gamaya

    Peinture Colette Breger

    Le premier mantra - asato ma sad gamaya signifie: " Conduis moi de l'asat vers le sat ". En fait, il est préférable de ne pas traduire sat , ni son opposé asat, parce que, comme c'est le cas de nombreux mots en sanskrit, sat a de nombreuses significations ; non seulement la plupart de ses significations sont utilisables dans ce contexte, mais en plus, mises côte à côte toutes ses significations donnent une profondeur que, prises séparément, aucune d'elle ne pourrait atteindre. Parmi les acceptions possibles conjointement, on trouve : existence, réalité et vérité. Pour asat, les acceptions possibles conjointement sont : non-existence, non-réalité et mensonge.

    Nous disons souvent de la religion ou de la philosophie qu'elles sont une recherche de la Vérité. Mais il n'y a que dans la philosophie indienne de l'advaïta que le concept de " vérité " a été disséqué de façon aussi méticuleuse et avec tant de succès. Selon l'advaïta, ce qui en fin de compte est considéré comme vrai doit être vrai pas seulement à un moment donné mais bien dans les trois périodes de temps: le passé, le présent et le futur. En fait l'advaïta fait un pas de plus. Il affirme que tout ce qui n'existe pas dans les trois périodes de temps n'existe pas vraiment, et qu'en fin de compte ce n'est pas réel. De ce fait, la vérité, l'existence et la réalité sont une seule et même chose. Le Védanta dit que cette réalité, c'est ce que l'on appelle Dieu.

     Le chercheur dont la bouche récite cette prière a compris la nature limitée de tous les objets de ce monde, et il veut que le Guru le guide de l'asat vers le sat. Il en a assez de dépendre de choses qui ne sont pas réelles. Pourquoi ? Parce que tout comme la marée finit toujours par anéantir le château de sable, l'asat finit toujours dans la douleur. Sat est notre Vrai Soi - la conscience bienheureuse qui a toujours existé, qui existe et qui existera toujours. Cette conscience est au-delà du temps, les marées du temps ne pourront jamais l'anéantir. En fait sat est présent en chaque objet asat, il en est la part essentielle. C'est un peu comme si on devait séparer le grain de la balle.

    Quand les sages parlent de la réalité ultime, ils disent qu'elle est de la nature de sat-cit-ananda: pure existence, pure conscience et pure béatitude.

    Le deuxième mantra - tamaso ma jyotirgamaya - signifie " Conduis moi de l'ombre vers la lumière. " Quand les Védas emploient les mots ombre et lumière, ils veulent parler respectivement d'ignorance et de connaissance. Il en est ainsi parce que comme l'ombre, l'ignorance obscurcit la vraie connaissance. De la même manière que la lumière est le seul remède à l'ombre, la connaissance est le seul remède à l'ignorance. Encore une fois, la connaissance dont il est question ici, c'est la connaissance de notre vraie nature.

    Le mantra final - mrtyorma amrtam gamaya - signifie: " Conduis moi de la mort vers l'immortalité. " Il ne faut pas faire de cette prière une prière pour vivre sans fin au ciel ou sur terre. C'est une prière que l'on adresse au Guru pour qu'il nous aide à comprendre cette vérité que " Je ne suis jamais né et je ne pourrai jamais mourir, puisque je ne suis pas le corps, ni le mental, ni l'intellect, je suis la conscience éternelle et bienheureuse qui sert de substrat à toute la création. "

    Il est important de se rappeler qu'en ce qui concerne tous ces mantras, il ne s'agit pas d'un " conduis-moi " qui s'appliquerait au plan physique. L'Atma n'est pas un endroit éloigné où il faudrait que nous nous rendions en pèlerinage, nous n'avons pas non plus à nous transformer en quelque chose. Atma veut dire " Soi." Nous n'avons pas à transformer notre soi en notre soi. Nous n'avons pas non plus à y aller. Nous le sommes. Ce chemin est le chemin de la connaissance. C'est le chemin qui va de ce que nous croyons à tort être notre soi jusqu'à ce qui est véritablement notre soi. La véritable signification du mantra est la suivante: " Amène moi à comprendre que je ne suis pas ce corps, ce mental et cet intellect limités, mais que je suis, étais et serai toujours cette conscience éternelle et bienheureuse qui leur sert de substrat. "

    Extrait de l'enseignement d'Amma sur les mantras.

     

     

     


  • Mantra pour un nouveau monde

    Srî Aurobindo composa lui- même un Gâyatrî mantra – les mantras dit gayatra sont un des 4 types dans la classification de mantra définie dans les Védas -

    "Les Gayatra sont ceux "qui apportent et mettent en mouvement". Sri Aurobindo, Secret de la Veda, 

    "Le Gâyatrî Mantra original a été conçu pour illuminer l'Intelligence, la modification de ce mantra , apportée par SrÎ Aurobindo , vise à la supramentalisation de l'être tout entier- intellect vital et physique." MPPandit : Sri aurobindo et son yoga 

    27 Détails du Gayatrî mantra de Srî Aurobindo

    Om

    Tat Savitur varam rûpam

    Jyotih parasya dhîmahi

    Yannah satyena dîpayet.

      " Méditons sur la forme la plus favorable de Savitri (le soleil), sur la Lumière du Suprême qui nous donnera l'illumination de la Vérité. "

    Tat : Cela

    Savitur : le soleil, Dieu le créateur.

    Varam le plus auspicieux (Du latin auspicium (« divination ») et auspex, auspicis (« devin »).

    Rupam : la forme

    Jyotihi: la lumière

    Parasya : du Suprême (de para : transcendantal)

    Dhimahi : méditer sur (de dhi : intellect)

    Yannah : par lequel

    Satyena : Vérité

    Dipayet : illuminer, (de dipa : la lumière).

     


  • 28: " la théorie derrière " le mantra : Sri Aurobindo, commentaires sur les Upanishads, traduction Jean Herbert) "Toute création est expression par le Verbe ; mais la forme qui s'exprime n'est qu'un symbole ou une représentation de la chose qui est.

    Nous le voyons dans la parole humaine qui ne présente au mental qu'une forme mentale de l'objet ; mais l'objet qu'elle cherche à exprimer n'est lui-même qu'une forme ou une présentation d'une autre Réalité. Cette réalité est le Brahman.

    Le Brahman exprime par le Verbe, une forme ou une présentation de Soi-même dans les objets des sens et de la conscience qui constitue l'univers, exactement comme le mot humain exprime une image mentale de ces objets. 

    Ce Verbe est créateur un sens plus profond et plus originel que la parole humaine, et avec une puissance dont la plus haute créativité de la parole humaine ne peut donner qu'une analogie faible et lointaine.

    La parole humaine, comme nous le voyons, élève seulement que la représentation d'une représentation, la figure mentale d'un objet qui est lui-même seulement une figuration de l'unique Réalité, Brahman. Elle a bien un pouvoir de création nouvelle, mais ce pouvoir même ne s'étend qu'à la création d'images mentales nouvelles, c'est-à-dire de formations complémentaires basées sur des images mentales antérieures. 

    Un pouvoir aussi limité ne donne aucune idée de la puissance créatrice originelle que les anciens penseurs attribuaient au Verbe divin. 

    Si cependant, nous pénétrons s un peu plus loin sous la surface, nous atteindrons à une puissance dans la parole humaine, qui, elle, nous donne une image lointaine du Verbe créateur originel. 

    Nous savons que la vibration du son a le pouvoir de créer - et de détruire- des formes ; c'est un lieu commun de la science moderne.

    Supposons que derrière toutes les formes il y ait eu une vibration créatrice du son.  Ensuite, examinons le rapport entre la parole humaine et le son en général.  Nous voyons aussitôt que la parole n'est qu'une application particulière du principe du son, une vibration produite par la pression du souffle en son passage à travers la gorge et la bouche.  Au début, sans aucun doute, elle a dû être formée naturellement et spontanément pour exprimer les émotions créées par un objet ou un événement ; ce n'est qu'ensuite que le mental s'en ai emparé pour exprimer d'abord l'idée de l'objet, puis des idées sur l'objet.  Il semblerait donc que la valeur de la parole fût seulement représentative et non créatrice.

    Or de fait, la parole est créatrice. Elle crée des formes d'émotion, des images mentales et des impulsions d'action. 

    La théorie et la pratique védiques anciennes accroissaient cette action créative de la parole par l'utilisation du Mantra. La théorie du Mantra est qu'il est un mot de puissance né des profondeurs secrètes de notre être, où il a été couvé par une conscience plus profonde que le mentale, formé dans le cœur et non point par l'intellect, tenu dans le mental, puis objet de la concentration de la conscience mentale éveillée, et enfin projeté au dehors silencieusement ou par la voix. Le mot silencieux considéré peut être comme plus puissant que le mot parlé - précisément pour un but de création.

    Le Mantra peut non seulement créer en nous-mêmes de nouveaux états subjectifs, modifier notre être psychique, révéler une connaissance et des facultés que nous ne possédions pas auparavant. Il peut non non seulement produire des résultats semblables dans d'autres esprits que celui qui le prononce, mais encore il peut produire dans l'atmosphère vitale et mentale des vibrations qui ont pour résultat des effets, des actions et même l'apparition de formes matérielles sur le plan physique. 

    De fait, même ordinairement, même chaque jour, à  chaque heure, nous produisons par la parole entre nous des vibrations pensées, des formes de pensée qui ont pour résultat des vibrations correspondantes vitales et physiques, agissent sur nous, agissent sur autrui  et finissent par créer indirectement des actions et des formes dans le monde physique. 

    L'homme agit constamment sur l'homme à la fois par le mot silencieux et par le mot parlé, et il agit et crée de la même façon, quoique moins directement et moins puissamment, même dans le reste de la Nature. 

    Mais parce que nous sommes stupidement absorbés par les formes extérieures et les phénomènes du monde et que nous ne prenons pas la peine d'examiner ses processus subtils et non physiques, nous demeurons ignorants de tout ce champ de science qui est derrière le voile. 

    L'emploi védique du Mantra n'est qu'une utilisation consciente de cette puissance secrète du Verbe

     Et si nous considérons la théorie qui en est la base en même temps que notre hypothèse antérieure d'une vibration de son créatrice derrière toute formation, nous commencerons à comprendre l'idée des vibrations de son originelles productrices de formes correspondantes ou de changements de forme. 

    Mais, selon la pensée antique, la matière n'est que le plus bas des plans d'existence. Comprenons alors qu'une vibration de son sur le plan matériel présuppose sur le sur le vital une vibration correspondante sans laquelle elle n'aurait pu entrer en jeu ; celle-là présuppose à son tour une vibration causale correspondante sur le plan mental ; le mental présuppose une vibration causale correspondante dans le supramental à la racine même des choses.

    Mais une vibration mentale implique la pensée et la perception, et une vibration supramentale implique une vision et un discernement suprêmes. Toute vibration de son sur ce plan supérieur comporte donc ce suprême discernement d'une vérité dans les choses, et en est aussi l'expression ; elle est en même temps créatrice, et comporte une suprême puissance qui coule en des formes la vérité discernée, et enfin descendant de plan en plan, elle reproduit cette vérité sous la forme physique ou l'objet créé dans la matière par le son éthérique.  

    Nous voyons que la théorie de la création par le Verbe qui est l'expression absolue de la Vérité, et la théorie de la création matérielle par vibration du son dans l'éther se correspondent et sont deux pôles logiques de la même idée. Elles appartiennent toutes deux au même ancien système védique.

    Voilà donc Le Verbe suprême, Parole de notre parole. C'est la vibration de pure l'Existence, chargée de la puissance de perception et de création de la conscience infinie et omnipotente, recevant du Mental qui est derrière le mental sa forme de mot inévitable a Vérité des choses ; de toute substance et sur tout plan, la forme ou l'expression physique émerge par son mécanisme créateur. Le supramental employant le Verbe est le logos créateur. Sri Aurobindo, commentaires sur les Upanishads, traduction Jean Herbert

     

     

     

     

     

     


  •  

    Sri Aurobindo (1872/1950) fut contemporain des "expériences fondatrices" de la mécanique quantique et de ses scientifiques : Henry Becquerel Max Planck, Albert Einstein, Louis de Broglie….

    Ce passage est extrait de "La vie Divine"(publié en 1939) .

     "Quel que soit le chemin suivi, la Connaissance tend vers l'Unité, non seulement dans son unique et ultime conception mais aussi dans les grandes lignes de ses résultats généraux.

    Rien n'est plus remarquable et plus suggestif que de constater à quel point la science moderne confirme, dans le domaine de la Matière, les conceptions, et même les formules auxquelles, par une méthode très différente, aboutit le Védânta – le Védânta originel, qui n'est pas celui des écoles de philosophie métaphysique, mais celui des Upanishad.

    Conceptions et formules, qui à leur tour, ne révèlent bien souvent leur pleine signification, la richesse de leur contenu que lorsqu'elles sont vue à la lumière des découvertes de la science moderne. Ainsi en est-il de l'expression védântique qui décrit les choses du cosmos comme "un germe unique que l’Énergie universelle à ordonné en une multitude de formes." (Shvetâshvatara Upanishad VI.12).

    Il est particulièrement significatif que la science tende vers un monisme qui n'exclut pas la multiplicité, vers l'idée védique d'une essence unique et de ses nombreux devenirs.

    Même l'accent mis sur la dualité apparente de la Matière et de la Force ne contredit pas vraiment ce monisme. Il devient évident, en effet, que la Matière dans son essence est non –existante pour les sens, et comme le Pradhâna des Sânkhya, seulement une forme conceptuelle de la substance. En fait, l'on en arrive au point où seule une distinction arbitraire de la pensée permet encore de séparer la forme de la substance, de la forme de l'énergie."

     

    Srî Aurobindo et science quantique

     Srî Aurobindo : Toile de Colette Breger

     

     


  • La rotation matricielle est une rotation informationnelle. Elle est l'élément capital de l'impulsion de Vie, c'est un rythme.

    La Source information-infinie nous informe. Et si nous le voulons bien nous captons son information et en retour, en miroir, nous lui renvoyons l'information de ce que nous sommes, donc l'information d'elle-même puisque nous sommes issus d'elle, puisque nous sommes sa projection.

    Nous sommes des récepteurs-transformateurs, émetteurs.

    La rotation, avec ses codes, est un support qui nous est offert pour remettre en mouvement cet échange d'information.

    En se plaçant dans un référentiel d'extériorisation, on peut localiser la Source au-dessus de tout. Elle est information-infinie. En se projetant dans la manifestation, elle se condense et devient vibrationnel, ce vibrationnel empreinte une trajectoire descendante, il devient vibratoire, puis énergie et enfin matière. La dynamique ne s'arrête pas là, l'information poursuit son élan dans une trajectoire ascendante évolutive, la matière se subtilise, redevient énergie, vibratoire et à nouveau du vibrationnel.

    L'énergie, les énergies, sont très près de la matière, elles sont des fréquences qui peuvent être appréhendées et mesurées. Elles sont dans le manifesté limité et les techniques de guérison qui s'arrêtent à l'énergie sont donc elles aussi limitées ; il leur manque la connexion à l'Essentiel.

    Dans le référentiel classique l'énergie est capitale, tout est basé sur l'énergie. C'est le référentiel d'un monde linéaire, bipolaire, dualiste et antagoniste. Même les personnes spirituelles utilisent l'énergie comme base. Il se trouve que ce monde énergétique est vraiment éphémère. Il est tellement réduit, tellement petit. Les scientifiques l'ont calculé, c'est 0,01%. Dans la vision matricielle c'est différent. On dit qu'il y a autre chose de l'ordre de 99,9%, qui se greffe sur le monde : c'est l'information de la Lumière Réelle, avec la nécessité de réveiller cette information au dépend de l'ancien paradigme qui a fait de l'énergie sa structure fondamentale.

    Pour réveiller la circulation de l'information Lumière Réelle, on peut utiliser le support de la rotation matricielle.

    Les sons de la rotation accompagnent les différentes étapes de cet échange informationnel, dynamisent l'élan rotationnel et nous propulsent dans la fluidité, élevant notre potentiel et raffinant la lourdeur de notre existence.

    La matière est un état de lumière, c'est une condensation, c'est de la lumière condensée, coagulée.

    C'est de la Lumière Réelle information-infinie qui s'est condensé dans la matière. L'onde est devenue particule. La lumière réelle est devenue de la lumière agitée - électromagnétique.

    Au niveau de la particule la Lumière Réelle se trouve autour de la particule, autour de la densité.

    Elle est aussi condensée dans la particule : l'information extérieure se révèle à elle-même à travers la particule, de la même façon que le Non-Manifesté se révèle à lui-même à travers le Manifesté.

     

    La Rotation Matricielle par Pr. Aziz El Amrani.

    Alliance Ciel Terre : Viviane José Restiau


  • Un extrait d'entretien d'Yvan Amar dans lequel se retrouve Al Wadud

    " Quand on rentre encore plus dans l'intimité de ses représentations de soi –image de soi- dans ses fonctionnements, qu'on s'aperçoit à quel point on est tous des mendiants d'amour, tous dans ce besoin d'être l'objet aimé, l'objet reconnu, l'objet apprécié et que jamais, jamais, au grand jamais on est satisfait : je ne suis pas son objet aimé.

    Alors je peux m'inventer un dieu qui va faire de moi l'objet totalement aimé, il va aimer tous les recoins de mon être, les recoins les plus cachés jusqu'au censeur interne peut être.

    Mais là encore je vais rencontrer dans cette intimité cette terrible illusion de nourrir en moi cette duperie de croire en l'objet aimé.

    Parce que finalement si j'y regarde bien, ce n'est pas en l'amour que je crois, c'est beaucoup plus en l'objet aimé. J'ai envie d'être l'objet totalement aimé, j'ai envie d'un amour qui ferait de moi l'objet totalement aimé.

    Seulement voilà l'enseignement nous dit : l'amour ne fait pas d'objet aimé, l'amour rend amour. Je ne pourrai jamais être l'objet aimé de l'amour, je ne pourrai être qu' "Amourifier".

    Ce qui veut dire rendu amour par le fait que je vais disparaître en tant qu'objet.

     

    L'Amour Amourifie

    http://www.lesamisdelami.fr/


  • Extrait de séminaire du Pr Amarani:  Agadir février 2017

    L’automatisme subtil de la pulsatilité intrinsèque.

    Il y a une population cellulaire qui, à la 3 ème semaine du développement embryonnaire et avant même le développement du cerveau neuronal, commence à pulser. Ceux sont les cellules du myocarde, le cœur. Elles abritent un automatisme intrinsèque, une rythmicité endogène automatique que l’on appelle la pulsatilité intrinsèque.

    Ces cellules pulsent … Quel est le sens de cette pulsation ? Est- ce qu’elles sont en train de créer ce que l‘on appelle la pompe cardiaque, créer la dynamique de chasser le sang ? Non à ce stade de développement ce n’est pas encore une pompe. Alors pourquoi pulsent-elles ?  Pourquoi cet automatisme subtil ?

    Dans la Vision Matricielle, on peut dire que cette population cellulaire est la première à répondre : " Présent, je suis présent . " à la Lumière Réelle. La Lumière Réelle crée une pression, les cellules du myocarde répondent, la pulsation est la réaction, la réponse, à cette pression.


    La  pulsatilité intrinsèque, la trilogie reflet de l'Unité, le "point source" dans le cœur

     

     

     

     

     

     

     Embryon humain à 3 semaines;

     

                   Enregistrement : battement du cœur d’un fœtus

    VOIR  Vidéo cœur d'un fœtus  

     

     

     

     

    Pourquoi vous ressentez-vous comme un poids, une masse ?

    Dans le référent matriciel ce n’est pas la terre qui vous attire mais c’est la pression de la Lumière Réelle. La formule reste la même - la gravitation - mais c’est la Lumière Réelle. La Lumière Réelle est le processus, le référentiel, le champ, la dynamique de l’Approche Matricielle. Du référentiel " masse " passez à celui de Lumière Réelle.

    Si la masse est votre référentiel, celui-ci est le voile de même que pour la loi d’attraction son référentiel est le voile, parce que c’est la masse. C’est un choix de référentiel qui n’est ni mauvais ni bon, nous, nous choisissons le référentiel Lumière Réelle, la lumière christique, mohammédienne. C’est notre choix, nous ne vivons qu’à travers cela, nous conscientisons cela en nous.

    Ici chacun a le choix de rejeter cette lumière, c’est la liberté absolue, chacun est libre de voir dans la Vie un mécanisme de matérialisme pur dans lequel tout est fruit de hasard ou de circonstances aléatoires ou le choix de voir que ce matérialisme dépend de cette lumière.

    La masse ne peut rien faire par elle-même, la population cellulaire reçoit une pression de lumière et répond sous forme d’une pulsation " je suis présent."

    Le sutra dit : «Ni les cieux ni la terre ne peuvent me contenir mais le cœur de celui qui s’approche peut me contenir. » En cela le cœur est une réponse à la présence, à l’action de la Lumière Réelle, c’est physiologique, pas métaphysique ni religieux.

     La trilogie est le reflet de l’unicité :

    « Ni les cieux ni la terre ne peuvent me contenir mais le cœur de celui qui s’approche peut me contenir. » 

    Vois comme c’est beau lorsque cela prend la forme dans quelque chose de dynamique de vivant, ce n’est pas métaphysique. Notre référentiel est la physiologie, notre corps. Quand tu vois que tes cellules pulsent à la 3 ème semaine… Le « 3 » - la trilogie - vibre avec le « 1 » - l’Unicité - la trilogie est le reflet de l’unicité.

    Donc cette population cellulaire qui pulse… les cellules sont en train de répondre à la présence de la Lumière Réelle. C’est pour cela que ton cœur pulse, ce n’est pas une pompe, c’est une réceptivité, un réceptacle de la Lumière Réelle. Et les cellules du myocarde font partie du feuillet mésodermique - le feuillet de la reliance - c’est pour cela que le cœur relie et que le mental fragmente. Ce n’est ni le même processus ni la même dynamique.

    Si tu veux unifier et que l’amour te manque, tu ne peux pas le faire. Si tu n’as pas assez d’élan à travers l’amour tu ne peux pas unifier. L’unificateur c’est le cœur, c’est une énergie information qui émane de la pulsation fondamentale de ces cellules myocardiques.

    Le point source

    Il est une zone dans le myocarde que nous appelons le "point Source ", qui abrite les 3 populations cellulaires :

    - les cellules myocardiques en relation avec la matière ou Lumière Coagulée,

    - les cellules neuronales en relation avec la "Lumière Agitée ou électromagnétique" et le principe de dualité,

    - les cellules astrocytaires en relation avec la "Lumière Réelle" et le principe de Reliance et d'Unicité qui ne s’activent que dans le silence.

    Il est ce point que les chirurgiens ne touchent pas, la Conscience peut y aller.

    L’activation de ce « point source » se fait à travers la Lumière Réelle et est-ce que vous la sentez ?

    Non, pas plus que vous ne pouvez la voir ou la toucher, on n’a pas de moyens de contacter la Lumière Réelle, notre cerveau n’est même pas éduqué pour rentrer en résonnance avec Elle. Je ne la vois pas, ne la touche pas, je ne peux pas la goûter, par conséquent si elle se met en activité en moi, je ne la sens pas. Par contre je peux sentir ce que j’appelle l’interface, cette petite zone entre la lumière agitée et la Lumière Réelle et là il y a des perceptions subtiles, mais dans la Lumière Réelle nous ne sentons rien.

     

    La  pulsatilité intrinsèque, la trilogie reflet de l'Unité, le "point source" dans le cœur

    Cellule en forme d'étoile  : astrocyte

     

     


  •  

    La notion du Double de lumière apparaît dans toute les civilisations et enseignements traditionnels comme par exemple dans l’antiquité dans les écrits d’Héraclite et Pythagore et dans le Soufisme dans le sutra du " Voyage nocturne, Al Isra ". 

    34 Le double de Lumière

    Les hommes dans leur sommeil travaillent fraternellement au devenir du monde. Héraclite 

     

    Oubliée pour beaucoup, elle réapparaît de nouveau aujourd’hui à travers les recherches scientifiques* sur les univers parallèles, la non linéarité du temps et de l’espace, les ouvertures spatio-temporelles ...

    34 Le double de Lumière

     

    C’est à travers la démarche de conscience évolutive proposée Pr Aziz El Amrani-Joutey et "L’approche dynamique matricielle " - dans laquelle l'approche scientifique et les formes traditionnels telles que les Védas et le soufisme sont actualisées dans un langage adapté à notre époque - que la notion du double est ici abordée.

    " Ô Toi, moi de Lumière" tel est dans ce chant -  issu du sutra traditionnel du " Voyage nocturne " les mots pour le désigner. Toi moi de Lumière car le double n’est pas quelqu’un d’autre, mais un autre moi-même portant l’habit vibrationnel de Lumière réelle, situé dans un autre Univers - l’univers Réel. Cet autre univers n’est pas ailleurs, au ciel, mais au sein de ma conscience.

    " Le Double de Lumière, c'est quoi en réalité ? C'est un autre toi-même dans l’univers Réel, il a l’habit de Lumière, il est presque dans l’état de perfection, c'est ton Être. C'est un toi-même, ce n’est pas ton Double, parce que le Double c'est déjà quelque chose de séparé. C'est un autre toi-même habillé par l’habit de Lumière réelle et l’autre toi-même - que tu appelles moi - est habillé par une Lumière éphémère, agitée, hologrammique. Le lien entre ces toi(s) c'est la conscience. " Aziz Amrani

     

    34 Le double de Lumière

    Le premier contact qui s’établit avec notre moi de lumière est dans le sommeil profond.

    Les mécanismes physiologiques de la conscience, constituée des 3 flux dynamiques de conscience -conscience extérieure ectoderme, conscience intérieure endoderme, et conscience mésoderme de reliance-  diffèrent suivant notre état de sommeil de rêve ou d’éveil. 

    Dans le sommeil profond conscience extérieure et intérieure se retrouvent en un point endogène, le point source du cœur où les 3 populations cellulaires- neuronales en relation avec la Lumière agitée, myocardique en relation avec la lumière condensée et astrocytaires en relation avec la Lumière réelle sont présentes.

    Tous nous avons souvenir de certains matins où l’on se réveille re-Sourcés, joyeux sans causes précises, animés d’un nouvel élan. Communément on parle alors de sommeil réparateur. En fait la qualité transcendantale du sommeil dans lequel nous avons pu rentrer nous a permis le contact et la réception de l’information donnée par notre moi de lumière à travers ce voyage nocturne et nous en sortons tout renouvelés. Notre conscience a pu franchir les barrières de l’astral gouverné par le champ magnétique. Les 3 flux ont pu se rencontrer au niveau du point source du cœur. Lorsque ce n’est pas le cas, et à l’extrême lorsque la conscience est arrêtée dans le bas astral « aux bars cosmiques du Voile, » notre sommeil est agité et notre réveil… épuisé.

    34 Le double de Lumière

    Le contact avec notre partie lumineuse, ne resterait-elle qu’un court moment de Grâce dû à on ne sait quel hasard pour ne pas dire miracle ?

    Non, car nous avons la possibilité d’activer le passage dans la transcendance *- 4ème état de conscience-  par des outils tel le Rythme du silence ; de réveiller l’observateur - 5ème état de conscience-   en posant son regard autrement, et d’activer la récitation des sutras et matrices mantras qui élèvent en nous le taux vibratoire et fluidifient les condensations agitées.

    Transcendance :  Elément actif qui va transformer un état quantique pondéral en état quantique vibratoire. C’est un état de conscience physiologique, un processus dans la voie du juste milieu.

    Transcender c’est réveiller le Silence entre 2 agitations dans le phénoménal, réveiller la présence de l’Être, de l’Absolu, réveiller la constante au sein des variables, des changements du monde phénoménal. Elisabeth Vasselin « Pose ton Regard »

    On associe communement le terme de transcendance à la métaphysique, mais ce n’est pas métaphysique.

    L’Être n’est pas un concept c’est le point de rencontre entre les 3 consciences ectodermogène, endodermogène et mésodermogène – dans le point source du cœur.

    La transcendance n’est pas de la métaphysique – réflexion philosophique qui a pour objet la connaissance rationnelle de la nature des choses – mais un autre mode de fonctionnement physiologique de la conscience. Lorsque qu’une personne est rentrée dans un état de transcendance par les outils correspondants, et que l’on branche sur elle un électroencéphalogramme, il apparaît clairement un autre fonctionnement physiologique aux niveaux des flux vibrationnels. Les ondes cérébrales sont synchronisées, c’est ce qu’on appelle état d’éveil au repos, à la fois reposé et vigilant, c’est un sommeil conscient.

    Nutrinos

    Nutrinos : messager de lumière réelle.

     

    Donc entre ce moi ici-bas, habillé par une Lumière éphémère, agitée, hologramique et ce Toi Moi de Lumière, habillé par l’habit de Lumière Réelle, un lien de Conscience activée par et dans le rythme du Silence dans lequel l’Information* est reçue.

    « Qu’est-ce que l’information ?

    Dans la multiplicité réside l’Unicitaire, l’Unique, le Un. L’information de l’Unique glisse dans le multiple, et quand tu poses ton regard en tant qu’observateur tu révèles le Un dans le multiple, dans la forme et tu es Un formé et Un formant. C’est la dialectique de la Vie, le Un se projette dans le multiple, il informe le multiple, il revient vers toi et il t’informe.

     

    Que fait le Un dans la forme ? Il va orienter, structurer, dynamiser, harmoniser, syntoniser tous les processus de la forme à travers le Un qui est dans la forme. Il va nourrir les multiplicités fonctionnelles qui sont l’impulsion subtile de l’Un dans le multiple et les formes. "Aziz Amrani

    34 Le double de Lumière

    Il ne faut pas confondre la notion de Double de lumière avec celle du maître ou guide intérieur. 

    " Le maître intérieur est la projection du Double de Lumière dans ton cœur au niveau du point source.

    Le Double de Lumière, ne peut pas s’incarner. Il se projette sous forme hologramme biophysique, c'est toi et il envoie une impulsion qui est ton maître intérieur.

    L’impulsion c'est le Point Source, c'est la Présence physiologique du Double de Lumière, c'est la même chose.

    Le maître intérieur est l’archétype projeté dans la forme - c'est-à-dire une résonance hologramique focalisée-  du Double de Lumière qui lui est dans la non-forme.

    Tout est relié dans le Double de Lumière et la conscience mésodermogène est le lien entre l’hologramme manifesté, la globalité, et le Double de Lumière non manifesté. Les consciences ectodermogène et endodermogène n’ont pas de résonnance avec le Double. La première résonne avec le monde manifesté et la seconde avec la Lumière agitée et l’ego. " Aziz Amrani

    vortex espace temps

    Autres référentiels scientifiques sur le Double de lumière : cliquer sur les liens

    Daniel Lehmuller La pratique du double  

    Jean-Pierre Garnier Mallet : le double et le dédoublement du temps

    Jean Pierre Martinez : Ouverture temporelle et Double au passé et au futur

    Mathieu Ricard : cerveau et méditation.  

    Métaphysique et Védas:  Srî Aurobindo l’être central et l’être psychique.

     

     

     

     

     


  • Travaillée par le sutra du voyage nocturne, ce texte de Srî Aurobindo est apparu. Frappée par résonnance du contenu avec cet Autre moi-même de lumière et sa projection (hologramme) dans le maitre intérieur et le point Source du cœur qu’il l’habite ; je le partage avec vous.

     

    L'être central - le jîvâtman qui ne naît pas, n'évolue pas, mais préside à la naissance de l'individu et à son évolution - émane un représentant de lui-même sur chaque plan de la conscience. Sur le plan mental, c'est l'être mental véritable- Manômaya Pourousha-, sur le plan vital, c'est l'être vital véritable - Prânamaya Pourousha - sur le plan physique, l'être physique véritable - Annamaya Pourousha-.

    Chaque être - tant que persiste l'Ignorance -  est par conséquent centré autour de son Pourousha mental, vital ou physique selon le plan sur lequel il vit principalement, et c'est pour lui son être central.

    Mais le vrai représentant est tout le temps caché derrière le mental, le vital et le physique : c'est le psychique, notre être le plus profond. Quand la connaissance la plus profonde commence à apparaître, nous devenons conscients de l'être psychique en nous, il vient au premier plan et conduit la Sâdhanâ. Nous devenons conscients aussi du jîvâtman, Moi indivisé ou Esprit au-dessus de la manifestation dont le psychique est le représentant ici-bas.

    L'être psychique n'est pas au-dessus mais derrière. Il est situé derrière le cœur, son pouvoir n'est pas une connaissance, mais un sentiment essentiel ou spirituel : il a au plus haut degré le sens clair de la Vérité et une sorte de perception innée de la Vérité qui est de la nature d'une perception de l'âme, d'un sentiment de l'âme.

    C'est notre être le plus profond, et il soutient tous les autres : mental, vital, physique, mais il est aussi très voilé par eux et doit agir sur eux comme une influence plutôt que par son droit souverain à agir directement. Son action directe ne devient normale et prépondérante qu'à un stade élevé de développement ou par le yoga.

    Srî Aurobindo: l'Etre central et l'être psychique

    Lettres sur le Yoga : Ce n'est pas l'être psychique qui, comme vous le sentez, vous donne des intuitions sur l'avenir ou vous met en garde contre les conséquences de certaines actions : c'est une certaine partie de l'être intérieur, tantôt le mental intérieur, tantôt le vital intérieur, tantôt le physique intérieur ou subtil. L'être intérieur - mental intérieur, vital intérieur, physique intérieur ou subtil - sait beaucoup de choses qui ne sont pas connues du mental extérieur, du vital extérieur, du physique extérieur, car il a un contact plus direct avec les forces secrètes de la Nature.

    L'être psychique est, de tous, le plus intérieur ; ses prérogatives sont une perception de la vérité qui est inhérente à la substance la plus profonde de la conscience, un sens du bien, du vrai, du beau, du Divin.


  • Les chants matriciels que nous appelons aussi Chants de Reliance  sont complètement inspiré par" l'Approche Dynamique Matricielle"- pont entre Science et Traditions Sufi et Védique.

    Ils ont pour support :

    -           L'expression de vibrations quantiques à travers ce que l'on appellera ici des sons résonateurs (issus du sufisme) des codes, des mantras védiques en sanskrit  (bijas mantras). Elles n'ont ni signifiant ni signifié mais sont porteuses d'informations. Certaines, dotées d'une structuration vibrationnelle à effet topo-dynamique (propriété qui fait passer de l'onde à la particule et de la particule à l'onde) sont à la fois dans l'information et la forme, catalyseur du silence et de l'élévation et du rythme de l'intégration dans la forme.

    -  L'expression de Matrice, au nombre de 99 ,qui structurant un espace informé et informant subtil, sont réceptacles de l'information à qui elles vont donner forme.

    Chaque matrice porte en elle un Nom, doté d'un signifiant/signifié, et va exprimer les différentes qualités manifestées de la Source en leur donnant forme.

    Elles sont des entités vivantes dotées d'un double regard comme le fœtus, un regard régressif tourné vers la phylogenèse et la Matière, un regard évolutif tourné vers la Source et l'Essence.

    Elles se situent dans ce que nous appelons ici, l'intervalle matriciel, champ de tous les possibles, intervalle infiniment petit, 10 -99 cm 3 et infiniment bref T= 10-43 seconde, entre T0 et le mur de Planck.

     Matrice de la lumière An Nour Calligraphie de Chantal Dandel " Assalam" 

    Certains Sons Résonateurs, regroupés entre eux par 3,  forment  une dynamique de vortex.

    'Un vortex est une trilogie de structure comprenant une phase de condensation une phase de canalisation, une phase d'expansion. Un vortex est une dynamique alchimique, alchimisation d'une condensation quelle que soit sa forme, physique, émotionnelle, mentale, événementielle.

    Dans l'approche matricielle cette dynamique alchimique va de pair avec la dynamique évolutive de la conscience.

    Chants Matriciel

    Vortex calligraphie de Chantal Dandel "Assalam"

    Certaines matrices s'assemblent entre elles par 3, et vont donner forme à ce que nous appelons ici une Matrice de Guidance. 

    C'est un espace informé et informant (l'Un dans la forme). Elles constituent des canaux créationnels. Une trilogie matricielle résume la trilogie entre les univers, microcosme, macrocosme, mésocosme, c'est la raison pour laquelle il y en a 3. Parmi ces 3 l'une intègre la résonance canal Qaf pour pouvoir faire l’expérience de la Source et de l’intégration dans l'expansion le Noun.

    Chants Matriciel

    Action de l'activation des résonateurs et matrices par la répétition.

    La répétition des Résonateurs et Matrice agit sur plusieurs niveaux.

    Dans un premier temps leur répétition fluidifie le cerveau limbique, maître de l'apprentissage et de la répétition et en relation avec notre structure émotionnelle et les mémoires qui la composent. Fluidifier permet le libre passage de la particule à l'onde et de l'onde à la particule. Les mémoires sont des condensations. La répétition des vibrations quantiques ou des matrices va amener les cellules du cerveau à se syntoniser avec ces vibrations et fluidifier, alchimiser, court-circuiter les circuits mémoriels régressifs.

    Au fur et à mesure que nous les activons, nous passons d'une répétition exogène, dans la séparabilité, à une répétition endogène où il y a plus de conscience au fait de répéter.

    Les matrices s'intègrent dans notre conscience, génèrent des impulsions et induisent une résonnance subtile en phase avec le rythme, appelant au Silence Intérieur.

    Dans un deuxième temps , lorsque le regard évolutif se met en place, tourné vers l'Essence et répondant à l'appel du silence, l'Observateur/Témoin se développe, on se voit répéter puis on voit les matrices qui se répètent d'elle-même, apparaît alors la Joie sans objet

    Dans un troisième temps ,lorsque l'observateur est actif ,le programme transmutationnel (5ème état de conscience dans la tradition védique) inscrit au sein de notre conscience ET de notre physiologie est réveillé

    Ce programme, archétype de la Présence, est dans une dialectique d'intégration et non de rejet.Il est en résonnance avec la Reliance et le flux matrizymal mésodermogène (dans la dynamique matricielle un matryzymas est un microzymas sur lequel se greffe la dimension de la Lumière Réelle) , le cerveau néocortical astrocytaire et le cœur.  

    " Dans la conscience transmutationnelle il n’y a que de l’Êtreté. Il faut conscientiser la conscience de l’Êtreté d’où l’apparition de l’homme." Aziz Amrani

    " L'homme est un être de transition" Srî Aurobindo 

    Chants Matriciel

     

     

     


  • Ô Divine Mère, 

    Dernier Havre du chercheur

    Sans recherche, 

    Du pèlerin sans pèlerinage,

    A chaque approche Tu te caches.

    Nulle part Ta trace

    La Totalité où laisserait-elle des traces ?

    Ton absence, c'est Ta Présence.

    Prends-moi

    Fais moi Toi, éternellement.

    Ô Divine Mère

     

     

    Yvan Amar 1950/1999.

    Extrait du livre "Les nourritures silencieuses"

    Ô Divine Mère

     

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique