• Commentaires sur Om asatoma sad gamaya

     Commentaires sur Om asatoma sad gamaya

    Peinture Colette Breger

    Le premier mantra - asato ma sad gamaya signifie: " Conduis moi de l'asat vers le sat ". En fait, il est préférable de ne pas traduire sat , ni son opposé asat, parce que, comme c'est le cas de nombreux mots en sanskrit, sat a de nombreuses significations ; non seulement la plupart de ses significations sont utilisables dans ce contexte, mais en plus, mises côte à côte toutes ses significations donnent une profondeur que, prises séparément, aucune d'elle ne pourrait atteindre. Parmi les acceptions possibles conjointement, on trouve : existence, réalité et vérité. Pour asat, les acceptions possibles conjointement sont : non-existence, non-réalité et mensonge.

    Nous disons souvent de la religion ou de la philosophie qu'elles sont une recherche de la Vérité. Mais il n'y a que dans la philosophie indienne de l'advaïta que le concept de " vérité " a été disséqué de façon aussi méticuleuse et avec tant de succès. Selon l'advaïta, ce qui en fin de compte est considéré comme vrai doit être vrai pas seulement à un moment donné mais bien dans les trois périodes de temps: le passé, le présent et le futur. En fait l'advaïta fait un pas de plus. Il affirme que tout ce qui n'existe pas dans les trois périodes de temps n'existe pas vraiment, et qu'en fin de compte ce n'est pas réel. De ce fait, la vérité, l'existence et la réalité sont une seule et même chose. Le Védanta dit que cette réalité, c'est ce que l'on appelle Dieu.

     Le chercheur dont la bouche récite cette prière a compris la nature limitée de tous les objets de ce monde, et il veut que le Guru le guide de l'asat vers le sat. Il en a assez de dépendre de choses qui ne sont pas réelles. Pourquoi ? Parce que tout comme la marée finit toujours par anéantir le château de sable, l'asat finit toujours dans la douleur. Sat est notre Vrai Soi - la conscience bienheureuse qui a toujours existé, qui existe et qui existera toujours. Cette conscience est au-delà du temps, les marées du temps ne pourront jamais l'anéantir. En fait sat est présent en chaque objet asat, il en est la part essentielle. C'est un peu comme si on devait séparer le grain de la balle.

    Quand les sages parlent de la réalité ultime, ils disent qu'elle est de la nature de sat-cit-ananda: pure existence, pure conscience et pure béatitude.

    Le deuxième mantra - tamaso ma jyotirgamaya - signifie " Conduis moi de l'ombre vers la lumière. " Quand les Védas emploient les mots ombre et lumière, ils veulent parler respectivement d'ignorance et de connaissance. Il en est ainsi parce que comme l'ombre, l'ignorance obscurcit la vraie connaissance. De la même manière que la lumière est le seul remède à l'ombre, la connaissance est le seul remède à l'ignorance. Encore une fois, la connaissance dont il est question ici, c'est la connaissance de notre vraie nature.

    Le mantra final - mrtyorma amrtam gamaya - signifie: " Conduis moi de la mort vers l'immortalité. " Il ne faut pas faire de cette prière une prière pour vivre sans fin au ciel ou sur terre. C'est une prière que l'on adresse au Guru pour qu'il nous aide à comprendre cette vérité que " Je ne suis jamais né et je ne pourrai jamais mourir, puisque je ne suis pas le corps, ni le mental, ni l'intellect, je suis la conscience éternelle et bienheureuse qui sert de substrat à toute la création. "

    Il est important de se rappeler qu'en ce qui concerne tous ces mantras, il ne s'agit pas d'un " conduis-moi " qui s'appliquerait au plan physique. L'Atma n'est pas un endroit éloigné où il faudrait que nous nous rendions en pèlerinage, nous n'avons pas non plus à nous transformer en quelque chose. Atma veut dire " Soi." Nous n'avons pas à transformer notre soi en notre soi. Nous n'avons pas non plus à y aller. Nous le sommes. Ce chemin est le chemin de la connaissance. C'est le chemin qui va de ce que nous croyons à tort être notre soi jusqu'à ce qui est véritablement notre soi. La véritable signification du mantra est la suivante: " Amène moi à comprendre que je ne suis pas ce corps, ce mental et cet intellect limités, mais que je suis, étais et serai toujours cette conscience éternelle et bienheureuse qui leur sert de substrat. "

    Extrait de l'enseignement d'Amma sur les mantras.