• " Ouvrir la porte de devant

    Accueillir,

    Ouvrir la porte de derrière

    Laisser partir,

    Accueillir et laisser partir,

    C'est établir un courant d'être. "

     

    Ces quelques phrases d'Yvan Amar sont extraite du livre "Les nourritures silencieuses " aux éditions du Relié.

    Placées ici sous forme d'aphorisme, elles ont été avant tout Paroles Vivantes lors de la transmission de l' Enseignement.

    Un aphorisme résume un principe. Ici c'est un processus d'évolution de la Conscience dont il s'agit - et si comme dans toutes paroles de Sagesse nous pouvons y reconnaître le Parfum, le Son de l'Un, cette petite étincelle qui interpelle l'âme ; il est bon - si nous voulons "établir ce courant d'être" auquel nous sommes invités - d'approfondir davantage,de considérer chaque mot. Ce qui n'est pas de l'ordre de l'analyse mais de la reconnaissance.

    Me revient en souvenir, une réponse de Swamiji, alors que nous lui demandions la signification de "Savitur " dans le Gâyatrî mantra : "Vous avez demandé la signification de Savitur. Vous savez les mots sanscrits ont de multiples significations …"

    Et bien il n'y a pas que les mots sanskrits et un même mot en français prend de multiple significations selon le référant dans lequel il est employé.

    Quel est le sens donné par Yvan au mot "accueillir" ? Qui accueille ? Qui est accueilli ?

    Quel est le sens donné par Yvan au mot "laisser partir " ? Qui laisse partir et qui part ?

    Entre ouvrir la porte de devant et ouvrir la porte de derrière, il y a un espace et dans cet espace un Travail est réalisé - une conversion, une transmutation - un "Grandir "se fait, l'évolution de la Conscience s'accomplit … un courant d'être ...

    A l'aphorisme s'est joint naturellement le mantra de l'Enseignement  - comme une clé pour ouvrir les portes -  " Om Oui Om ",  où le Oui n'est pas le contraire du non mais la manifestation de l'Un.

    " Énoncer le OUI comme un rappel n‘équivaut à rien s’il ne rappelle rien.Ce rappel doit évoquer quelque chose, le oui vécu, reconnu, est une expérience, on peut alors se le rappeler, on peut l’évoquer ; d’abord reconnu dans certains moments privilégiés de l’enseignement, il devient par la suite le compagnon agissant dans nos résistances, nos tensions, il est présent, s'énonce au quotidien, c’est une force" Yvan                 extrait du "le blog des amis de l'Ami "

     La musique descendue spontanément  s'est jointe aux  paroles une nuit d'octobre 2015.

     Enregistrement live effectué  le premier jour de Sadhana camp 2016 .

     Enregistrement live effectué  le dernier jour de Sadhana camp 2016 .